Traité de la Continuité suprême du Grand Véhicule

Mahayana-Uttaratantra-Sastra

L'Incontestable rugissement du Lion

Plus de détails

AR00538

9782370411181

35,00 €

Ajouter à ma liste

Fiche technique

Nombre de pages 472
Dimensions Livre relié, format 135 X 155 mm,

En savoir plus

Traité de la Continuité suprême du Grand Véhicule

Mahayana-Uttaratantra-Sastra

L'Incontestable rugissement du Lion

ans le corpus des textes bouddhistes indiens, La Continuité suprême du Grand Véhicule (Mahāyāna-uttaratantra-śāstra) est le principal traité consacré à la nature de bouddha. Depuis son apparition au Tibet au xie siècle, ce texte a conquis le cœur et l’esprit de nombreux lettrés et pratiquants, soulevé d’importantes questions doctrinales et animé d’incessants débats qui ont donné lieu à une abondante exégèse.
Or, malgré les positions divergentes des commentateurs de ce traité qui s’inspire des « soûtras du tathāgatagarbha », propres au troisième cycle des enseignements du Bouddha, cette œuvre ne se laisse enfermer dans aucun système particulier. Par-delà la logique des vues scolastiques, elle exalte surtout l’immensité immaculée que nous portons en nous depuis l’absence de commencement. Dès lors que cette quintessence pure et lumineuse est dégagée des voiles adventices, la sagesse née d’elle-même se révèle comme un soleil libre de nuages. Une fois éveillées, les qualités peuvent alors s’exprimer et accomplir sans effort les activités destinées au vaste bien des êtres.
C’est donc à l’ineffable Éveil que nous invite la lecture de ce livre où l’on trouvera les strophes originales du traité indien et les explications du célèbre maître tibétain Jamgön Kongtrul. Trait d’union entre les soûtras et les tantras, ce traité révèle la présence immédiate et parfaite du fruit au moment de la voie. Pour les adeptes du mahāmudrā, qui appréhendent la base, la voie et le fruit sous l’angle de la dimension absolue, le présent traité est autant un fondement théorique qu’une méthode pratique.

La Continuité suprême du Grand Véhicule fait partie des cinq textes que la tradition tibétaine attribue à Maitreya – bodhisattva du plus haut niveau qui réside dans le ciel des Tuṣitas, un monde céleste hors d’atteinte des êtres ordinaires où il se prépare à devenir le cinquième bouddha de notre ère.
Pendant cinquante années humaines, le maître indien Asaṅga (320-390) y aurait reçu cet enseignement directement de la bouche de Maitreya pour le rapporter dans notre monde sous forme écrite.
Ce texte, vraisemblablement en conflit avec les idées philosophiques de l’époque, aurait ensuite disparu d’Inde entre le VIIe et le Xe siècle, avant que l’adepte érudit Maitrīpa (1007 -1085) le retrouve, dans un vieux stoupa, et en reçoive aussi les instructions directes de Maitreya.
Même si ce texte, apparemment constitué de plusieurs strates, n’est sans doute pas l’œuvre d’un seul auteur, et si sa paternité continue à faire débat, il joua un rôle considérable dans le développement de la pensée bouddhiste puisqu’il constitue le traité fondamental sur le tathāgatagarbha – « quintessence des tathâgatas » ou « nature de bouddha ». En raison même de la présence de cette nature essentielle en chaque être et du caractère adventice des affections mentales avec lesquelles elle cohabite, il n’y a pas de différence fondamentale entre un être « ordinaire » et un être « éveillé ».

Jamgön Kongtrul Lodreu Thayé
(1813-1900) fut la figure de proue du courant non sectaire (ris med) au Tibet qui, au XIXe siècle, contribua à préserver et raviver les lignées de pratique et d’enseignement menacées d’extinction, ainsi qu’en témoignent les cinq grandes encyclopédies qu’il compila. Érudit et auteur prolifique, il nous a aussi légué de remarquables commentaires, dont L’Incontestable Rugissement du lion qui complète l’exégèse de l’Uttaratantra au sein de la tradition tibétaine, en particulier kagyupa, où ce texte tient lieu de référence à nombre d’enseignants et de pratiquants.
Sa remarquable introduction décrit la genèse indienne du traité de Maitreya, sa redécouverte au xie siècle, puis ses transmissions tibétaines à partir du Cachemire par le biais de deux lignées principales : la voie de l’inférence, qui s’appuie sur les raisonnements du Madhyamaka, et la voie de la perception directe reliée à la tradition « excellente et dénuée d’erreur » de la lignée méditative propagée par Rangjoung Dorjé (1284-1339), Dolpopa (1292-1361) et Tāranātha (1575-1634). Si la première lignée de transmission considère la nature de bouddha comme une vacuité absolue, la seconde l’associe à la luminosité naturelle de l’esprit et aux qualités éveillées.
Malgré la validité et la complémentarité de ces deux approches, Jamgön Kongtrul se fait le porte-parole de la seconde, qui correspond aussi à la lignée de Saraha et de Maitrīpa, deux accomplis indiens à l’origine du mahāmudrā dans la tradition Kagyu.

Avis

Donnez votre avis

Traité de la Continuité suprême du Grand Véhicule

Traité de la Continuité suprême du Grand Véhicule

Traité de la Continuité suprême du Grand Véhicule

Mahayana-Uttaratantra-Sastra

L'Incontestable rugissement du Lion

Donnez votre avis

16 autres produits dans la même catégorie :

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...